La guerre invisible

Leila Miñano, Julia Pascual

L’armée française est la plus féminisée d’Europe, avec 15 % de femmes sur un effectif de 320 000. La fin du service militaire en 1997 a bouleversé son recrutement, mais on ne change pas les mentalités du jour au lendemain. Dans ce monde clos et viril, des soldates endurent en silence des violences sexuelles, verbales ou physiques.

En caserne, en mer ou en opérations extérieures (Afghanistan, Mali, Centrafrique), les femmes de l’armée française sont trop souvent vécues comme des intruses et parfois traitées comme des objets sexuels.

Dans les pays scandinaves, en Israël, en Australie ou aux États-Unis, ce problème a été traité vigoureusement. « Une femme dans l’armée américaine a plus de risques de se faire violer que de tomber sous le feu ennemi en Irak », dénonçait une députée américaine en 2008.

En France, le tabou demeure, et les forces armées préfèrent occulter le problème. Pour la première fois, au terme d’une enquête rigoureuse et soigneusement étayée, initiée et soutenue au sein du magazine Causette, ce livre dévoile le traitement réservé aux soldates et l’ostracisme dont elles sont victimes quand elles osent affronter l’omerta.
Une enquête inédite au sein de l’armée de Terre, de l’armée de l’Air et de la Marine, dans la Gendarmerie et jusqu’en opération extérieure au Mali.

En co-édition avec Causette, un magazine pour les femmes « plus féminines du cerveau que du capiton ». Son numéro événement, consacré à « la guerre invisible », est paru à l’occasion de la journée de la femme et de son 5ème anniversaire.